La WebTV Congolaise de liberté

Deux morts dans une nouvelle attaque d’une des résidences de Kabila

Les rebelles ont tué au moins un soldat lors d’une nouvelle attaque d’une maison du président congolais Joseph Kabila à Beni, dans la partie Est de la RDC où de nombreux conflits ont éclaté ces derniers mois, ont annoncé jeudi des sources militaires rebelles et congolaises.

Kabila n’était pas présent lorsque des miliciens Mai-Mai ont attaqué la maison près de la ville de Beni où ils se sont affrontés avec des soldats de la garde republicaine  qui ont réussi à repousser l’attaque.

C’est la deuxième attaque à une résidence présidentielle dans trois mois qui indique une détérioration de la situation sécuritaire en RD Congo alimentée en partie par le refus de Kabila de démissionner en 2016 lorsque son mandat avait expiré.

Une maison appartenant à Kabila a été attaquée et incendiée dans la province du Nord-Kivu en décembre. Un policier est mort dans l’incident. La situation sécuritaire à l’est, déjà un poudrier de tensions ethniques, s’est aggravée cette année avec le glissement de l’autorité de l’État, forçant des dizaines de milliers de personnes à fuir et menaçant de déstabiliser tout le pays.

Un porte-parole du groupe rebelle Mai-Mai a déclaré avoir tué trois soldats lors de l’attaque. Un porte-parole de l’armée a déclaré qu’un de ses soldats et un assaillant avaient été tués.

Le porte-parole du président n’était pas disponible pour commenter.

Les Maï-Maï comptent un certain nombre de bandes armées formées à l’origine pour résister aux invasions rwandaises dans les années 1990. Ils se sont depuis transformés en une grande variété de milices ethniques, de réseaux de contrebande et de rackets de protection.

Follow by Email
Facebook
Facebook